• ACOP-France
  • JNE Lyon 2017 ! Retrouvez les interventions sur notre chaine Youtube
  • L'ACOP-F vous souhaite de bonnes fetes et vous presente ses voeux
  • Création du corps unique des Psychologues de l'Education nationale

L'édito du président (2012)

 

Préambule

 J’ai écrit l’édito qui suit, à chaud, au moment où le ministre de l’Education nationale s’apprêtait à donner, le 5 juillet, le coup d’envoi d’une grande concertation destinée à préparer la loi de refondation de l’école. L’ACOP-F n’y était alors pas associée. Oubliée ! Ecartée !

 A l’heure où le dialogue social s’affirmait comme une exigence éthique et démocratique cet « oubli » était lourd de sens d’autant que nous venions, quelques jours plus tôt, de rencontrer un conseiller du Ministre pour faire part de nos propositions et  de nos analyses (cf. sur le site, le Compte Rendu d’audience avec B. Lejeune ) et que l’ACOP-F avait rencontré avec d’autres associations, dans l’entre-deux-tours des présidentielles, l’organisateur actuel de cette concertation…

 J’étais confiant.  

 Nous avons appris le 4 juillet qu’une grande concertation aurait lieu, à la Sorbonne, le lendemain et nous n’y étions pas !

 Le temps s’est alors accéléré.  Grâce à notre insistance et à notre détermination, nous avons finalement eu gain de cause. En effet, le secrétariat de la concertation nous a informé le 9 juillet, par ce mail que je reproduis ici que nous pouvions nous joindre au débat:

Bonjour,

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint le calendrier des réunions des 4 groupes de travail de la concertation Refondons l’Ecole. Veuillez respecter votre attribution de groupe. L’équipe de la concertation se tient à votre disposition par mail ou si urgence par téléphone au 01.55.55.55.50.

Cordialement

En fichier-joint figurait notre « affectation » de groupe : le groupe 1 consacré à la réussite scolaire pour tous.

Le thème nous concerne, bien évidemment. Mais pourquoi ne sommes nous  pas associés au groupe 2 par exemple sur le thème du handicap ou sur celui de la gouvernance et de la territorialité dont on sait les enjeux ? Il va falloir insister….

D’aucun diront qu’il faut bien commencer par ce qui est un début : nous en sommes. A nous d'occuper le terrain.

Voilà, pour la petite histoire, comment l’ACOP-F est rentrée dans la concertation .

Je n’ai pas souhaité réécrire l’édito… il témoigne du sentiment qui était le mien au moment où je l’ai écrit et de ce point de vue il reste parfaitement objectif ! 

La concertation : l’ACOP-F oubliée !

 

 Image

Cher(e)s collègue(s), cher(e)s ami(e)s

 

Nous venons de vivre cette dernière année scolaire, une période très difficile du point de vue de la dégradation de nos conditions de travail et du dialogue social.

Nous aurons très certainement encore du "grain à moudre" pour que se mette en place un climat et des dispositions institutionnelles propices à la reconnaissance de notre rôle au sein de l'Ecole.

Plus encore, la tentation d'instrumentaliser l'orientation scolaire, aux fins de réguler les flux, subsiste et le "secteur économique" n'a pas fini de dicter sa loi au monde éducatif ! Malgré la perspective de repenser en profondeur les relations entre éducation et économie, à l’écart des interprétations utilitaristes, les positions et les revendications récentes de l'Association des Régions de France (ARF) suscitent de réelles inquiétudes, quant à celles de l'Institut Montaigne, elles sont carrément édifiantes !

L'institut Montaigne, avec Entreprise & Personnel, propose de mettre en œuvre une politique volontariste pour remédier au chômage des jeunes peu qualifiés. L'une des pistes prioritaires évoquée: la refonte de l'orientation à l'école. Ouvrir le monde enseignant aux professionnels de l'entreprise, introduire des cours d'orientation au collège, repenser le métier de conseiller d'orientation... Autant de propositions détaillées dans la tribune du Think Tank, dans le cadre de son partenariat avec EducPros.

Si nous n’y prenons garde, « la nouvelle question scolaire » qui se dessine pourrait bien intégrer ces pistes de réflexion.

Que sous la pression d’une aristocratie éducative, ces « vieilles » idées trouvent alors à se réactualiser dans le cadre de la concertation qui  s’ouvre, et cela nous promet un débat très vif sur tous les fronts !

Il ne vous aura pas échappé que la concertation est l'un des maitres mots de ce gouvernement. Or la concertation va « charrier » tout ça, le meilleur comme le pire ! Les mouvements d'idées les plus contradictoires, les intérêts les plus divers et parfois les plus éloignés des motifs affichés. Tout cela pour dire, qu'il va falloir sans doute ranger l'angélisme et l'œcuménisme aux rayons des accessoires inutiles et se battre pour rétablir davantage de justice, pour assurer les mesures nécessaires à la réussite éducative, pour mettre fin au "nouveau management public", pour que soient apportées des réponses aux questions déjà posées en mars 2012 aux candidats à la présidentielle et reprises lors de l'audience avec B. Lejeune.

 

A un milieu (l’Ecole) traumatisé par une succession de mesures  et de réformes conçues et diffusées d’en haut, le Ministre multiplie aujourd’hui les audiences et l’exhortation à débattre pour plus de justice et d’égalité.

Prudence salutaire, modestie de bon aloi ? La nouvelle parole éducative qui va se  tisser aura beau être toute entière le résultat d’une large concertation ordonnée à partir de ce qui doit être juste et bien pour la jeunesse, la vigilance est de mise.

En tout cas, les enjeux de cette concertation sont suffisamment sérieux et emprunts de gravité pour que nous ayons cette part de lucidité  sur ce qu’elle est fondamentalement : un rapport de force, une bataille d’experts, sur fond de jeux d’influences et de conflits d’intérêts. Assurément, elle n’est pas un monde de "bisousnours", c’est du sport parfois, un sport de combat selon l’expression qu’utilisait Alexandre Lhotellier lors des JNE du Mans; mais elle  a au moins cette vertu : elle permet de repérer les lignes de force avec l'espoir minimaliste d'infléchir quelque peu le cours des choses et ce faisant de faire avancer sa cause. Une façon de dire qu’il va falloir peser sur les décisions, les projets qui vont être pris dans les mois à venir à propos de l’orientation initiale!

Mais encore faut-il en être !

Or, pour l'instant nous n'en sommes pas et le coup d’envoi de cette grande concertation a été donné le 5 juillet 2012 sans l’ACOP-F !

 

De quoi s’agit-il ?

Un projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l'école sera soumis au parlement à l’automne prochain. Pour ce faire, le premier ministre a indiqué une méthode - la concertation - et un référent politique implicite - la démocratie participative. Un comité de pilotage formé d’experts ( !), chargé de coordonner les débats rédigera le rapport final. Il est composé de Nathalie Mons, professeure de Sciences de l’éducation, Christian Forestier, ancien recteur, administrateur du CNAM, François Bonneau, vice-président de l’ARF chargé des questions éducatives et de Marie-Françoise Colombani éditorialiste au journal « Elle ».

Le 5 juillet, en présence du 1er Ministre, Jean-Marc Ayrault, le Ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon a donné le coup d’envoi de la refondation de l’école. La cérémonie a eu lieu à la Sorbonne, à l'endroit même où nous nous retrouvions en 2009, avec des écrivains, des intellectuels, des artistes…pour évoquer, et de quelle manière, une certaine idée de l'orientation. L’inspiration était au rendez-vous…

 

Ce 5 juillet 2012, l'ACOP-F n'a donc pas été invitée. Et pourtant, nous venions d’être reçus en audience par un des Conseillers du Ministre de l’Education. L’ACOP-F avec d’autres organisations de psychologues avait rencontré  B.Julliard dans le contexte des présidentielles. Nous avions écrit au Ministre...

En vain !  

 

Nous allons, bien évidemment, insister auprès du Ministère de l’Education nationale pour être associés à la concertation préalable à la loi de refondation de l'école, même si on peut  s'interroger tout à la fois sur cet "oubli", sur l'organisation d'une concertation faite à la hâte et sur la pertinence et les enjeux d'un tel dispositif.
Nous continuerons par ailleurs à demander des audiences ;  à ce sujet nous venons d'envoyer un courrier à la ministre déléguée à la réussite éducative, Madame Pau  Langevin, à B.Julliard un des conseillers du Ministre de l’Education et à l'Association des Régions de France bien connue pour sa prétention à récupérer l’orientation sur les territoires tout en reconnaissant aux psychologues scolaires la  compétence psychologique en matière de  prévention du décrochage scolaire !

 

Pour l'heure, il y a la perspective très proche de nos 61èmes JNE en septembre à  Bobigny, et celles de Montpellier avec l’AIOSP en 2013 qui se préparent. Ce rendez-vous annuel de la profession prouve, s’il en était besoin, que le pluralisme des idées, et des thèmes, on sait le faire vivre et lui donner ce qu’il faut de consistance politique pour nourrir nos « arts de faire ».

 

Je me réjouis, déjà de vous retrouver en septembre à Bobigny , nous aurons sans doute comme je vous le disais, du « grain à moudre »!

En attendant de vous y retrouver, je vous souhaite un très bon été

 Dominique HOCQUARD  Image
 Président de l'Acop-France
Pin It

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

ACCÉDER A L'ESPACE ADHÉRENT

En cas de doute : webmestre@acop-asso.org

L'ACOP-F en actions

  • Dernière modification le lundi 19 février 2018, 13:04.